NOS ÉLÈVES ONT DU TALENT

SPECTACLE VIVANT SOUS LES GRANDS PINS PRÈS DE L’HOMME A LA LYRE

Environ 80 spectateurs, privés de théâtre depuis plus d’un an, sont venus découvrir, avec une certaine émotion, le travail de pratique théâtrale de l’Option Théâtre facultative du Lycée effectué grâce à Luc Cognet et Rémy Deney de la Compagnie Prométhée. 

Visitez notre page Instagram pour voir en montage vidéo les séances de préparation et de répétitions en extérieur avec les élèves sur  @o.theatre.leygues.couffignal

Un grand merci à tous les parents et ami.e.s des élèves, l’équipe de direction M. Duzan, Mme Delrieu, M. Desco et nos collègues qui ont participé à cet événement. 

Au programme, deux pièces qui se faisaient écho,  jouées par les 10 élèves de l’Option Théâtre. Une tragédie grecque version contemporaine, Electre de Tiago Rodrigues, et une comédie pour les enfants et les adultes, Ouasmok? de Sylvain Levey. 

      

Au fait vous connaissez vos classiques grecs ?

QUIZ ELECTRE
  1. Que savez-vous sur Electre ?
  2. Où se passe cette histoire? 
  3. Elle était la fille de qui ? 
  4. Elle avait combien de frères et soeurs? Pouvez-vous donner leur nom? 
  5. Pourquoi ne reconnaît-elle pas son frère? 
  6. Qui a tué qui ? Pourquoi ?
  7. Quels dieux / Quelles déesses ont joué avec le destin des hommes et des femmes? ou se sont vengé.e.s ?
  8. Quelle version d’Electre connaissez-vous ? 
  9. Aimez-vous la mythologie grecque ?
SYNOPSIS EXPRESS

Nous sommes en périphérie d’Argos. Électre et Oreste sont frère et sœur, enfants de Clytemnestre et Agamemnon. Oreste a été contraint à l’exil. Électre a été mariée à un pauvre laboureur. Électre veut se venger. Oreste est de retour. Électre et Oreste se retrouvent. Oreste tue Égisthe. Électre et Oreste tuent leur mère, Clytemnestre. Electre est heureuse. Oreste, non. Le vent se lève.

LE DRAMATURGE

Tiago Rodrigues, metteur en scène et auteur portugais de génie, décape et s’empare des classiques de la littérature pour en faire de véritables bijoux qui ne ressemblent qu’à lui. 

Tiago Rodrigues aime reprendre les « grands textes fondateurs » de Shakespeare aux auteurs tragiques grecs, Euripide pour Iphigénie, Eschyle pour Agamemnon et, ici, Sophocle pour Electre. Il reprend le modèle du cycle (les Atrides) et de la trilogie, et revendique clairement une démarche de réécriture.

« L’art pose avant tout des questions. » (JR @jr)

EXTRAIT : ELECTRE de Tiago Rodrigues, Scène 3

LE CHŒUR. – Pourquoi notre peuple est-il condamné aux questions ? Notre pays a-t-il pris la forme d’un point d’interrogation? Pourquoi toutes ces questions ? 

– Vers quoi nous poussent-elles ? Vers quels abysses sans réponse ? Quel est donc ce vertige? Cette fièvre interrogative? La cité est-elle un lieu sans réponse ? Ou les questions sont-elles le langage du présent? 

– Sommes-nous curieux ? Ou vivons-nous dans l’ignorance? Sommes-nous condamnés à poser des questions ? Des questions sans réponse ? Combien de questions faudra-t-il poser ? Combien avant que quelqu’un ne réponde? 

– Faut-il encore demander quelque chose ? Aurons-nous jamais de réponse ? En voulons-nous vraiment ? Ne serait-il pas préférable d’arrêter? Ne serait-il pas préférable de vivre en silence ? Si personne ne répond, pourquoi questionner ? 

 

OUASMOK? de Sylvain Levey

       

Pierre et Léa sont en cinquième. Connaître en une seule journée, comme dans un souffle, une rencontre, une phase de séduction, une cérémonie de mariage, un premier enfant, une tentative de suicide et un divorce à seulement douze ans ! Excusez du peu, mais ce n’est pas commun. Et comme dans le cycle de la vie, l’homme paraît moins constant que la romantique demoiselle.

À moins que tout cela ne soit qu’un rêve ou un jeu, cruel, d’enfants ? Qui sait ?

Avec Ouasmok ? Sylvain Levey révèle une écriture fine, enjouée et émouvante pour entraîner le lecteur dans une ronde époustouflante. Comme dans la vie !

EXTRAIT de la scène 3

LÉA. – C’est pas vrai! Évidemment que c’est pas vrai! C’est une histoire que tout le monde raconte aux enfants des cités pour pas qu’ils rentrent tard et pour pas qu’ils traversent les rails. Y a plein d’histoires comme ça. La cave aux pince­-oreilles tu connais pas? Si t’es pas poli, on te fout dedans toute une nuit. Si tu mens t’as le nez qui s’allonge. S’il y a un coup de vent quand tu tires la langue, tu peux plus jamais la rentrer. Je t’adore mon Pierrot. On rigole bien tous les deux.

PIERRE. – Pas toujours mais bon …

BRAVO! 

Un grand merci à nos élèves qui ont relevé le défi dans des conditions particulièrement difficiles et éprouvantes pour faire du théâtre – avec une nouvelle normalité ponctuée de confinements, de mesures de sécurité d’hygiène et de prévention, avec des semaines A et B, des masques, la distanciation physique et du gel hydroalcoolique…

Félicitations à tous les élèves de l’Option Théâtre pour leur investissement et leur motivation: Lisa Bertsch, Lana Buigues, Sara Del Puerto, Camille Draidi, Amanda Gautier, Heather Guesse, Youwan Limbert, Emmy Ruf, Pénélope Russac et Maxim Van de Wijgert

Un grand merci à Luc Cognet et Rémy Deney de la Compagnie Prométhée pour la qualité et la rigueur du travail effectué avec les élèves pour la création d’un spectacle exceptionnel qui célèbre le théâtre dans tout ce qu’il a de puissant, d’émouvant, d’inattendu, de drôle et d’attendrissant. Merci de nous avoir offert un tel feu d’artifice d’émotions.

Le Printemps des Arts de la Scène n’ayant pas pu avoir lieu, un cameraman et son assistant ingénieur du son, ancien élève du Lycée, avaient été chargés de faire une captation de la représentation. Des montages vidéo des spectacles travaillés par tous les établissements du département qui ont des clubs, ateliers de théâtre ou classe APAC seront bientôt disponibles en ligne sur une plateforme destinée au partage et à la diffusion des pratiques théâtrales. C’est avec grand plaisir que nous avons eu l’honneur de la présence de Manu Galiana, référent départemental Théâtre, et de Véronique Pango, co-animatrice de l’atelier Théâtre du collège Anatole France.

Voir notre prochain article: ZOOM SUR LES SPECTATEURS

Voir aussi: UNE ANNÉE PLEINE DE REBONDISSEMENTS et POURQUOI FAIRE DU THÉÂTRE?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

vingt + 18 =